Chronologie de la rédaction de Madame Bovary

 

Le calendrier de la rédaction peut être établi grâce à la correspondance de Flaubert (nos citations sont empruntées à l’édition de Jean Bruneau, Bibliothèque de la Pléiade, t. II, 1980). Les repères sont nombreux dans les lettres à Louise Colet ; plus rares après leur rupture, en mars 1854.
Flaubert a travaillé à son roman pendant 4 ans et 8 mois, depuis le mois d’août 1851 jusqu’au mois de mars 1856.

1851. La première mention se trouve à la date du 23 juillet. Maxime Du Camp questionne son ami sur le sujet qu’il a choisi pour son roman :« As-tu pris un parti ? est-ce toujours Don Juan ? est-ce l’histoire de Mme Delamarre, qui est bien belle ? (Delphine Delamarre ou Delamare est l’héroïne du fait divers ayant pu inspirer le roman). Pendant les mois d’août et de septembre, Flaubert écrit probablement les plans et les scénarios généraux. Il commence la rédaction proprement dite le 19 septembre.

1852. Dans la première quinzaine de février, Flaubert est au milieu de sa première partie (chap. 4). Début mars, il lit des livres d’enfant pour le chapitre 6. Fin avril, il commence la scène du bal (chap. 8). « Si tu savais ce que j’ai retranché et quelle bouillie que mes mss. [manuscrits] ! Voilà 120 pages de faites ; j’en ai bien écrit 500 au moins » (15-16 mai). La première partie est terminée à la fin du mois de juillet : « Je suis en train de recopier, de corriger et raturer toute ma première partie de Bovary. Les yeux m’en piquent. Je voudrais d’un seul coup d’œil lire ces cent cinquante-huit pages et les saisir avec tous leurs détails dans une seule pensée » (22 juillet). En septembre, un an après le début de la rédaction, Flaubert aborde la deuxième partie. La scène de l’auberge (chap. 2) lui prend jusqu’à la fin du mois d’octobre. En décembre, il en est à la visite chez la nourrice (chap. 3).

1853. Le 29 janvier, Flaubert indique qu’il se trouve à la page 204 de son manuscrit, ce qui correspond à la fin du chapitre 4. En avril, il rédige la visite d’Emma au curé Bournisien (chap. 6). « C’est trop long pour un homme que 500 pages à écrire comme ça ; et quand on en est à la 240e, et que l’action commence à peine ! » (26 avril). En juillet, Rodolphe entre en scène (chap. 7). Le long chapitre des Comices (chap. 8) s’étend sur trois mois, du début du mois de septembre jusqu’à la fin de novembre. En décembre, Flaubert arrive à ce qu’il appelle la scène de la « baisade » (chap. 9).

1854. En avril, Flaubert étudie « la théorie des pieds bots » pour le chapitre 11.

1855. En mars, Flaubert rédige le premier chapitre de la troisième partie. En mai, il en est à la description de Rouen (chap. 5). Les embarras financiers d’Emma l’occupent pendant le mois d’août (chap. 6). En octobre, il se renseigne sur les empoisonnements par l’arsenic, pour le chapitre 8.

1856. Flaubert achève Madame Bovary en mars.


Yvan Leclerc

Une chronologie plus détaillée se trouve en annexe des Plans et scénarios de Madame Bovary, présentation, transcription et notes par Yvan Leclerc, CNRS Éditions / Zulma, collection « Manuscrits », 1995, p. 174-179.