I, chap 7 : La levrette Djali - définitif, folio 91
 
  91.
                                                                                                voulut
                                                                                        elle essaya*
                                                                     jugeait        elle essaya
Cependant d'après des théories qu'elle croyait bonnes de se
se donner de l'amour et de lui en donner. Au clair de lune
dans le jardin elle lui récitait tout ce qu'elle savait
par coeur
par coeur de rimes passionnées et lui chantait en
par coeur
            sur son piano
soupirant des adagios mélancoliques. Mais elle se trouvait
               [illis.]
         aussi       qu'auparavant
ensuite, calme comme devant, et Charles n'en paraissait
ni plus amoureux, ni plus remué. ¶ Quand elle eut ainsi,
un peu battu le briquet sur son coeur et qu'elle s'y fut
écorché les doigts de sa volonté
sans en faire jaillir une
étincelle, elle abandonna la tentative. Incapable de
incapable          de comprendre
              d'ailleurs      [illis.]
[illis.] deviner [illis.] ce qu'elle n'éprouvait pas, comme de croire
                       à tout
elle se persuada sans peine que
la passion de Charles
n'avait plus rien d'exorbitant
à l'existence de tout ce qui ne se manifestait point
                           convenues
par des formes voulues
                                           {{elle se persuada facilement que
              n'éprouvait   ....................  [illis.]...................
Charles de son côté ne sentait pas gd chose au lieu de la
    l'obséder                                                            de leur mariage
fatiguer de caresses comme dans les premiers temps ses
ses expansions d'autrefois étaient devenues régulières
expansions en effet avaient pris une tournure régulière}}
  il l'embrassait maintenant à de certaines heures dans
                                              parmi les autres
la journée
. C'était une habitude, un plat toujours
et comme un dessert prévu d'avance après la monotonie du
le même, et qui revenait après le dîner.       dîner
                               guéri par Monsieur      
Un garde chasse que Charles avait soigné d'une
fluxion de poitrine, avait donné à Madame une
petite levrette toscane elle l'appelait Djali et la
Elle la
             d'italie
prenait avec elle pr se promener dans la campagne
Car elle sortait qqfois l'après midi dans les beaux
                   d'être
parfois
[illis.]
    elle sortait quelquefois
qqfois parfois elle sortait [illis.]
afin de rester seule un moment et
de laisser là sa maison
        elle    de rester                                    [illis.]        
jours afin d'être seule un instant, de laisser sa maison
                                  [illis.]                     [illis.]        
                                 instant
                            un moment
& de n'avoir plus sous les yeux l'immobile espalier
                               [illis.]               l'immobile jardin*      
*ces meubles niais* et la route poudreuse.
l'éternel jardin avec
 
[Transcription de Guy Rosa]