I, chap.8 : La valse avec le vicomte - brouillons, vol.1, folio 251v
[Page entièrement biffée]
 
  117
continuant dans
toujours
ainsi
en allant ainsi au hasard


                                                 de charmilles au bout du parck et
elle atteignit bientôt un bouquet touffu elle vit tout à coup
devant elle                                                          elle vit devant
et s'arrêta surprise                                                                    elle
et elle s'arrêta                                                                           
et brusquement s'arrêta

devant une maisonnette basse, à toit bombé
façon recourbée par les quatre bouts, couvert d'écailles de
couvert de rondelles peintes en manière
d'écailles de poisson et que
bordée              par                    
bordait tout autour une rangée de
cloches de bois.
                             
   d'écailles peintes
rondelles peintes comme des écailles /de poisson, et que
garnissait tout autour d'une rangée de cloches de bois
                                                        / un peu /
la rivière, en cet endroit s'avançait un peu, et/dans
dans l'herbe, et y faisait un et formait une
 formant une
crique d'eau dormante, où il y avait au repos
               attachées       petite       | verte |
deux chaloupes avec une cabane verte pr les
                      des                         des
cygnes parmi les nénuphars. | et les aristoloches
     quand on regardait du dehors on ne voyait rien
à l'intérieur. elle Emma poussa
/la porte semblait close
mais. c'était une retraite cachée, que / elle céda prtant
                         emma
sous sa main, et elle se trouva dans un appartement
         d'un                sur lequel étaient
tendu de papier bleu où il y avait des feuillages et
des oiseaux
        sur lequel on voyait
                         se voyaient des feuillages & des
                                   et                                              gd
perroquets perchés. les et les meubles étaient un divan
  circulaire                                                                de du
circulaire de coutil* coutil gris, quelque chaises en bambou
en mosaïque sur
une natte de guinée
  au milieu          de du en       verte
et une table ronde, en marbre vert sur une natte [illis.]
des  / d'amérique - c'était une retraite pr les jours
venu passer là
passer bien / des/les heures
dans des mélancolies ou des
recueillemens d'amour
d'été. - un lieu de rendez-vous, où caché à tous les
yeux, mais découvrant l'horizon par l'éclaircie des
              était venu bien des fois passer là
massifs on venait sans doute bien des fois à des
{{ dont la rivière et
les feuilles avaient seules
entendu les soupirs }}
                                  dans des recueillemens
heures silencieuses, passer là ses mélancolies d'amour
     ou des mélancolies . . .
  et où les conversations à voix basse les soupirs
                                                    [illis.]
                                     dont ces murs seuls | au monde

au murmure de l'eau - les murs, contre un
   avaient entendu les soupirs et/ou les conversations à voix
portrait, semblaient penser* des choses qu'ils ne        basse
voulaient pas dire.
arrondissant ses ailes au vent                               au milieu de la rivière
            [illis.]         laissant
un cygne nageait & laissait des sur l'eau tranquille
                   s'él
un long sillon, derrière lui
                 qui s'élargissait ensuite
 
[Transcription de Mariana Babo-Rebelo]